Dans ta tête : Galerie de Portraits par Yasmine T. Miller


Poids lourd by une tête qui tente
14 novembre, 2008, 1:53
Filed under: femme, Portraits | Étiquettes: , , , ,

La rencontre furtive d’un 3h du mat’

La blonde platine aux cheveux courts n’a rien de Jean Seberg. Elle aurait pu avoir cette beauté qu’une légereté des traits du visage rend apparente si seulement ils n’avaient pas été gâchés par la lourdeur de son attitude.

J’avais pourtant été mise au parfum de l’exécrabilité qu’elle évoque mais lui il l’aimait bien. En toute logique je ne me fie pas à ce qu’on dit sur les gens. Quoique plus on les déteste plus je me dis qu’il y a quelque chose à découvrir.

Là il n’y avait rien en dehors d’une fille perdue dont la personnalité avait été happée par la drogue permettant une recrudescence d’égocentrisme faiblard. La platine en avait plein le nez et dans son égocentrique générosité elle partage avec qui veut sa demi heure d’hyperactivité dépressive.

Une conversation incohérente s’installe où elle pense dire des choses profondes qui ne sont que futiles analyses de ce qu’elle ne connaît pas. Cependant, la vie, elle connaît, elle pourra te le prouver pendant des heures parce que c’est le dégoût de sa vie qu’elle t’apporte là.

Quelle tristesse transparente on peu lire. Un appel à l’aide en poudre blanche à charger dans un fusil. Cette misère d’esprit apitoie quiconque s’en aperçoit.  Mais cet aveuglement énerve.

7h du matin la petite aux seins pointus veut faire la fête et culpabilisera son hôte si il faut pour obtenir ce qu’elle voudra. Ce qu’elle veut c’est faire passer le temps, cet ennui ambiant qu’elle ressent dans toutes les choses passionnantes qu’elle peut faire.

Elle est fière de se faire appeler poids lourd parce qu’elle se prends pour un parking où les passagers se garent une heure ou deux. Même avec un humour très développé pourquoi accepter un surnom aussi rabaissant si on a une si haute estime de soi même.

A 9h du mat’ et sans sommeil, j’ai claqué la porte à cette tristesse et à son hôte. Capable de rien je me sentais impuissante pleine de pitié et de rage.


Un commentaire so far
Laisser un commentaire

Ce n tait pas un problème pour moi Elle voque la vie en commun , ces choses que les policiers ne peuvent pas comprendre .

Commentaire par Facebook Simple English Wikipedia Tuzelberg




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :