Dans ta tête : Galerie de Portraits par Yasmine T. Miller


Couple n°4 by une tête qui tente

Depuis le temps qu’elle se prépare à sauver le monde, ou du moins quelques personnes du monde, c’est son premier séjour dans le service de la naissance dudit monde.

Elle ne savait pas trop à quoi s’attendre mais finalement c’était encore plus différent de ce qu’elle aurait pu imaginer. C’était à la fois le merveilleux et l’effrayant, le début et la fin.

Elle allait enfin accoucher le monde. Elle ferait de son mieux, bien sûr, et son mieux c’est toujours le meilleur.

Ce jour là la femme avait à peu près son âge. Le visage doux, un peu naïf, elle avait les traits d ‘une Esmeralda. La naissance vient à peine d’avoir lieu, la sage femme et notre future médecin se trouvent dans la salle. L’habituelle question souriante « Comment allez vous l’appeler alors? »

« Clintis »

Regard successivement sceptique et étonné vers la sage femme puis Esmeralda et son mari. « Clintis? » « Bah oui! Comme Clintis Wood, l’acteur, on l’aime beaucoup. » Regard gêné à nouveau. La sage femme ose  » Mais vous savez qu’il s’appelle Clint Eastwood? » Le sourire s’affaisse, elle lève les yeux vers son mari « Abon…? »

« Vous pouvez toujours changer vous savez. » « Oui mais bon, on s’y était habitué, on va garder Clintis, vous savez notre premier s’appelle Chone, comme Chone Connerie. »

Image de : Une tête qui tente

Article de : Une tête qui tente

Couple n°1

Couple n°2

Couple n°3

Publicités


doudou by une tête qui tente
24 avril, 2008, 11:31
Filed under: Enfant, illustration, Portraits | Mots-clés: , , , , , , , ,

L’enfance a toujours posé plus de problèmes pour ceux qui la cotoient que pour ceux qui la vivent.

Nostalgie, responsabilités… beaucoup de réflexions pour ces cotoyeurs tandis que pour que les acteurs ce n’est que jeux, découverte, vie…

Elle venait d’avoir 7 ans ou peut être plus, mais en tout cas suffisamment pour que les responsables décident qu’il était temps. Petite tête bouclée, sourire jusqu’au oreilles, yeux grands ouverts au monde et ce rire à la sonorité aussi inoubliable qu’indescriptible.

Il était temps, temps d’abandonner son aide mémoire, son compagnon, son premier fidèle ami: son doudou. Une sorte de cérémonie amusante et gigantesque réunissant enfants et autres. Beaucoup de bonbons, de nourritures, de jeux, de balançoires. Et la piscine. Un escalier amenant à la piscine où à l’heure dite, notre petite tête bouclette devrait accomplir sa prestation.

Les yeux seront rivés sur elle et une fois le moment voulu, elle ne sourira plus. Elle regardera les gens aux alentours, tentera un petit sourire discret et entre deux activités de la pêche aux canards et une partie de devinettes, elle devra noyer doudou.

Tous les cotoyeurs applaudirons et l’embrasserons. Son niveau de compréhension sera tel, qu’elle sera elle même ravie. Mais demain soir sera le véritable moment le plus dur.

Le moment de grandir…

Image de : Une tête qui tente

Article de : Une tête qui tente



JJSS by une tête qui tente

JJ SS

Adulé des femmes et de sa mère la première, il est un homme d’action, un homme réfléchit, mais surtout un homme d’action.

La légende le dit charmeur et surtout envoutant. Il suffirait de le croiser, qu’il pose son regard sur vous, puis d’un sourire, d’une fossette creusée et déplacée sur le bord d’un sourire largement accueillant. En une minute, tout pouvait se passer, puis la minute d’après, vous l’aviez perdu, il était ailleurs, sur d’autres horizons, de nouvelles idées.

Si par le plus grand bonheur cette minute devait se prolonger et que le regard poussait jusqu’à l’échange d’idées, cela pouvait mener à un partenariat incroyable. D’autant plus si vous vous faisiez appeler Françoise Giroud.



A toi, Ô conducteur de la ligne 5… by une tête qui tente

hep le ptit jeune!

« klioup, klioup, klioup… »

Même si littéralement parlant, écrit sous vos yeux ce mot ne vous dit rien, il représente le bruit quotidien de femmes sublimement parées, le plus souvent d’échasses plus ou moins grandes, leurs permettant d’affiner des jambes toutes en courbes. Quand le rythme de ce bruit s’accélère c’est qu’elles courent. Quand il est irrégulier et plus grave c’est qu’elles descendent les escaliers. Le plus souvent, si elles habitent à Paris ce sont les escaliers du métro.

La femme parisienne atteignant l’âge le plus intéressant de la trentaine avancée (ou la préquarantaine, au choix) si elle revêt un caractère aventurier et est sûre de ses échasses coure pavloviennement au bruit strident du départ du métro.

Oui, il est vrai qu’il y en aura un autre quelques minutes plus tard, mais ici, tout est une question de temps en plus d’être un challenge important de maîtrise et de rapidité.

Vous comprendrez donc bien que quand la porte se ferme sous son nez, celle ci se trouve quelque peu énervée contre le conducteur dans un premier temps, puis désemparée quant à sa piètre performance. Mais alors, quand elle arrive et qu’une bande de jeunes, qui ont pourtant l’air d’être sur la fin de leur développement pubert, rient hyéneusement en bande de 8 fesses molles dans le train, la température monte. Surtout quand un hyénon, particulièrement coriace, la montre du doigt…

Elle sourit élégamment, le visage rosé par l’effort et les dents réfléchissantes. Aucun résultat, le charme n’agit nullement, il montre toujours du doigt, tous rient plus fort, et le train ne part pas. « Ça vous fait rire?! » ……… Aucune réaction toujours le brouhaha de hyènes en rut …..

La parisienne en question après avoir épuisé les armes dues à son rang et à ses multiples charmes se surprends à revenir au niveau collège :  » Toi là !!!! Vas te percer les boutons!!!! » La honte l’envahit suite à cette très mauvaise réplique.

Silence

Les sept autres comparses se retournent contre ledit « boutonneux » et rient de plus belle mais, de lui. Satisfaction minime, digne d’une cour de récré, d’avoir vaincu même en ayant piqué les armes de l’ennemi.

Image de : Une tête qui tente

Article de : Une tête qui tente



Portrait de la musique que j’écoute. by une tête qui tente

Illustration de : Une tête qui tente avec grande contribution de Stobal de Carantilly



Morale et droit de l’homme sous casque U.S by Stobal de Carantilly

Morris D. Davis, Procureur d’une cour martiale devant mettre en accusation des présumés combattants talibans enfermés à Guantanamo vient de rendre les armes affirmant ne pouvoir recevoir d’aveux obtenus sous la torture…
Son verdict: “La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique”

Article de : Stobal de Carantilly



L’étudiant en amphi by une tête qui tente
16 avril, 2008, 2:06
Filed under: homme, illustration, Portraits | Mots-clés: , , , , , ,

Image de : Une tête qui tente